Sound of music

A. Cera, Ch. Fiat, M. Helland

Cie Yan Duyvendak
De Yan Duyvendak

Durée: 80 minutes

Ce spectacle est soutenu par la CORODIS

J’observe: le réchauffement climatique et la crise, partout autour de nous. Et leurs effets sur la société contemporaine occidentale. Les services publics disparaissent, les budgets diminuent, le pouvoir d’achat et le moral sont en berne, la culpabilité pèse même sur les jours ensoleillés. Nous savons que nous sommes les musiciens du Titanic: nous avons les eaux glacées déjà jusqu’aux genoux et pourtant, nous continuons à jouer, parce que nous ne savons ni ne pouvons rien faire d’autre. J’ai l’impression que les gens ne veulent plus voir des pièces qui les font réfléchir, qui leur font voir que le monde est complexe. Parce que c’est trop dur. Ce qui marche, ce sont les pièces spectaculaires, légères, virtuoses.

Eblouissement. Absence de souffrance pendant la durée de la pièce. Moi, je ne veux plus voir des pièces qui font mal. J’ai envie de virtuosité, de beauté, de technique. Mes coups de coeur de spectacles vus récemment vont dans ce sens. Après le krach boursier de 1928, la comédie musicale anglo-saxonne a connu un énorme essor. Pour les mêmes raisons.

« Le kitsch, par essence, est la négation absolue de la merde »1. Et pourtant… J’ai joué dans des revues, étant adolescent, j’ai aimé et j’aime encore les comédies musicales, tant sur scène que filmées. J’aime ce que ça produit: un enchantement douçâtre, un endormissement nauséeux. Et j’ai envie. Envie d’en produire une. Avec un double pari: La merde n’existe pas. Une comédie musicale, spectaculaire, absolument éblouissante, technique, avec une histoire, une fin heureuse, des corps sublimes, de la technique virtuose, des lumières aveuglantes. Parce que c’est beau. Parce que ça fait du bien. Parce que c’est nécessaire de lâcher prise, momentanément, en tant que citoyen du monde.

Mais simultanément, de dire que l’abrutissement est néfaste. Qu’il ne faut pas lâcher. Qu’il est nécessaire de réfléchir. De se positionner dans le monde. Que la culture qui éclaire n’est pas celle qui aveugle. Et donc d’éclairer l’aveuglement de la comédie du monde. Et travailler l’angoisse existentielle que la comédie musicale est censée apaiser. Cette angoisse devrait suinter de partout. La merde existe.

Un cauchemar absolu qui rend heureux.

Yan Duyvendak
Théâtre
Danse
Transdisciplinaire
Contemporain
Théâtre musical
Hightech
Grand plateau

Contact Administratif

Cie Yan Duyvendak
7, rue de Chantepoulet
1201 Genève
Suisse
+41 22 321 04 38

www.duyvendak.com

Marine Magnin , Administration et diffusion en Suisse
+41 22 321 04 38
marine.magnin@duyvendak.com

Distribution

Mise en scène
A. Cera, Ch. Fiat, M. Helland
Production
Cie Yan Duyvendak


Photos du spectacle

Aucune représentation

La Filature Scène Nationale, Mulhouse, France
24 septembre 2016


THÉÂTRE DE LA CROIX ROUSSE, Lyon, France
15 au 17 septembre 2016


Kaserne Basel, Basel
30 au 31 août 2016


Le CentQuatre, PARIS, France
26 au 28 mars 2016


Arena del Sole, Bologna, Italie
7 au 10 janvier 2016


Théâtre de Vidy, Lausanne
27 au 31 octobre 2015


Le Carré - Les Colonnes - scène nationale, Saint-Médard-en-Jalles, France
14 au 15 octobre 2015


Centre Dramatique National - Nanterre Amandiers, Nanterre, France
2 au 9 octobre 2015


Actoral | Festival international des arts & des écritures contemporaines, MARSEILLE, France
24 au 25 septembre 2015
24 au 25 septembre 2015

24 au 25 septembre 2015


Théâtre de Vidy, Lausanne
3 au 20 septembre 2015


Théâtre Forum Meyrin, MEYRIN 1
29 août au 1 septembre 2015


Autres spectacles du même producteur

Please, Continue (Hamlet)

invisible

VIRUS

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir une expérience optimale de navigation. En continuant de visiter ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies.

J’ai comprisEn savoir plus