L'Ecole des Femmes

Théâtre de Carouge
De Molière

Dressé à jardin : un immense arbre mort et dans ses branches, la cabane-prison d’Agnès. C’est là qu’à peine sortie du couvent, la jeune femme se retrouve soumise au bon vouloir de son tuteur, Arnolphe.

Il la veut sotte car, pense-t-il, elle n’en sera que meilleure épouse. Las ! C’était sans compter sur l’indépendance de l’amour. Et quand Agnès, plus naïve que stupide, voit passer le jeune Horace, c’est leur vie à tous qui déraille.

"Arnolphe est d'autant plus touchant qu'il est joué par Gilles Privat, un virtuose du paradoxe humain", écrit Marie-Pierre Genecand du Temps (13.04.2010).

On ne badine pas avec l’amour, Les Caprices de Marianne, Le Jeu de l’amour et du hasard et bientôt Figaro ! : au fil de ses réactualisations d’oeuvres du répertoire, Jean Liermier semble avoir choisi de faire des coups de théâtre de la vie la matière même de ses mises en scène.

Renouant chaque fois avec l’intemporalité suggérée par les textes qu’il monte, l’actuel directeur du Théâtre de Carouge donne ici une lecture épurée et une dimension visuelle nouvelle à ce chef-d’oeuvre de Molière.

L’image révélant parfois avec fracas ce que le texte dit à demi-mot. On se souviendra longtemps de la redoutable scène de la promenade : « Quelle nouvelle ? – Le petit chat est mort. »

Une réplique qui prend tout son sens alors que l’on vient de voir une Agnès sortant de sa cage, prendre son élan et, toutes griffes dehors, se jeter bras ouverts dans une course folle, respirer à pleins poumons l’air de la liberté qu’elle ne connaît pas mais vers lequel son instinct la guide.

L’image est aussi pour Jean Liermier un moyen de faire entrer le théâtre dans le théâtre, faisant de la machinerie une actrice à part entière. Ainsi du rideau, inféodé à Arnolphe, qui se tient au garde-à-vous à chacun de ses claquements de doigt, symptôme de son obsessionnel et maladif désir de contrôle.

Un pendrillon mobile qui finira par prendre sa revanche au moment de l’effondrement final des voiles qui tendaient la scène de bleu ciel, plongeant définitivement l’homme, désormais seul, dans la brume de son destin.
Théâtre

Contact Administratif

Théâtre de Carouge
Rue Ancienne 37A
1227 Carouge
Suisse
+41 22 343 25 55

theatredecarouge.ch/

David Junod , Administrateur
+41 79 440 24 41
d.junod@theatredecarouge.ch

Distribution

Chorégraphie

Production
Théâtre de Carouge

Création
Théâtre du Jorat, Mézières VD
Le 6 octobre 2011

Collaboration artistique
François Regnault
Assistanat à la mise en scène
Robert Sandoz
Interprétation
Gilles Privat (Arnolphe)
Lola Riccaboni (Agnès)
En cours (Horace)
Alain Trétout (Chrysalde)
Rachel Cathoud (Georgette)
Jean-Jacques Chep (Alain et Oronte)
Scénographie
Yves Bernard
Lumière
Edouard Hügli
Son
Jean Faravel
Costumes
Coralie Sanvoisin
Photos
Marc Vanappelghem


Photos du spectacle

Aucune représentation

Théâtre de Villefranche, Villefranche-sur-Saône Cedex, France
28 au 29 mai 2013


Théâtre de la Cité - Théâtre National de Toulouse, Toulouse, France
15 au 25 mai 2013


Maison de la Culture d'Amiens, Amiens , France
6 au 7 mai 2013


Théâtre de l'Olivier, ISTRES, France
30 avril 2013


Théâtre de Sartrouville - CDN, Sartrouville, France
24 au 26 avril 2013


Célestins Théâtre de Lyon, Lyon, France
9 au 21 avril 2013


Maison des arts du Léman, Thonon-les-Bains, France
4 au 5 avril 2013


Théâtre du Crochetan, Monthey
21 décembre 2011


Salle CO2 Saison culturelle, La Tour-de-Trême
28 octobre 2011


Théâtre du Jorat, Mézières VD
6 au 8 octobre 2011


Autres spectacles du même producteur

Le Jeu des Ombres

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir une expérience optimale de navigation. En continuant de visiter ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies.

J’ai comprisEn savoir plus