Monsieur Bonhomme et les incendiaires

Véronique Ros de la Grange

Cie Où sommes-nous
De Max Frisch

Monsieur Bonhomme et les Incendiaires est une comédie satirique qui montre que la peur de perdre nos acquis est pire que la mort. La catastrophe plane sur la ville. Des incendiaires s'infiltrent dans les maisons bourgeoises et y boutent le feu. Tous les jours une autre maison flambe, mais Théodore Bonhomme ne veut pas voir car il ne veut pas changer. La catastrophe n'est pas pour lui, elle n'arrivera qu'aux autres.

Dans cette comédie burlesque un chœur des pompiers annonce le malheur. Comme dans la tragédie antique, ce chœur représente la voix de la cité, dans laquelle les spectateurs peuvent se reconnaître. Mais le rôle de protecteur, de garant de la cité — habituellement assumé par le chœur antique — se trouve ici battu en brèche par des pompiers impuissants, qui ne peuvent que constater l’ampleur du désastre.

« Ce chœur, et son impuissance, m’a toujours fait penser aux braves pompiers qui eux aussi ne peuvent rien faire avant que l’incendie éclate et alors, dans la tragédie antique comme dans le monde d’aujourd’hui, il est déjà trop tard » Max Frisch

Comment, par peur, par lâcheté et par aveuglement, le citoyen Bonhomme va laisser s’installer chez lui le "Mal" en la personne de deux énergumènes évidemment incendiaires, leur offrant le gîte et le couvert, et même des allumettes !... collaborant ainsi à sa propre ruine.
Comment comprendre la propagation mystérieuse d’incendies criminels dans une ville moderne, dans un pays... disons... comme le nôtre ? Nos polices ne savent-elles pas repérer et mettre hors d’état de nuire tous ceux qui représentent une menace pour la cité ?

Avec Monsieur Bonhomme et les Incendiaires Max Frisch nous invite à porter un regard neuf, drolatique et légèrement désabusé sur les dérèglements de nos sociétés occidentales où règne la surenchère sécuritaire.

Finalement, le voile superficiel qui nimbe nos sociétés d’une apparente pureté paraît bien mince et risque, en se déchirant, de laisser apparaître quelques démons enfouis.
Théâtre

Contact Administratif

Cie Où sommes-nous
rue du Léman 5
1201 Genève
Suisse



Distribution

Mise en scène
Véronique Ros de la Grange
Production
Cie Où sommes-nous

Création
Théâtre des Osses Centre dramatique fribourgeois, Givisiez
Le 23 octobre 2011

Interprétation
Roger Jendly (Monsieur Bonhomme)
Anne-Marie Yerly (Babette)
Geneviève Pasquier (Anna, la bonne)
Yann Pugin (Goulot)
Olivier Havran (Durassier)
Le choeur des pompiers : Elima Héritier, Loredana von Allmen, Nicolas Leoni, Richard Vogelsberger
Scénographie
Jean-Claude De Bemels
Lumière
Eloi Gianini
Son
Jennifer Ancosy
Costumes
Jean-Claude De Bemels
Couture : Fabienne Vuarnoz
Maquillage
Katrine Zingg
Construction du décor
Louis Yerly
Olivier Rappo


Photos du spectacle

Aucune représentation

Théâtre Alchimic, Carouge
20 septembre au 9 octobre 2016


Théâtres de Sion - Le Spot, Sion
13 au 14 décembre 2011


Théâtre Le Reflet, Vevey
8 décembre 2011


Théâtre du Crochetan, Monthey
6 décembre 2011


Nebia, Biel/Bienne
29 novembre 2011


Salle CO2 Saison culturelle, La Tour-de-Trême
17 novembre 2011


Théâtre Benno Besson, Yverdon-les-Bains
15 novembre 2011


Théâtre de Beausobre, Morges
9 novembre 2011


Ce site utilise des cookies afin de vous offrir une expérience optimale de navigation. En continuant de visiter ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies.

J’ai comprisEn savoir plus